Chapitre 2 : Bonne année 2013 !!!!!!!

Pour plagier une de nos amies……..

« Un ange marche de ville en ville, de porte en porte pour déposer le succès, le bonheur et la santé pour l’année 2013 et toucher les cœurs pour les rendre purs. Il vient de quitter chez moi et m’a demandé où il devait se rendre par la suite: je lui ai indiqué vos domiciles. Ne le gardez pas chez vous, envoyez le chez ceux que vous aimez et vous aimeriez voir réussir. »

Merci à vous tous pour vos messages laissés sur ce blog et tous vos vœux reçus par mail. Nous vous espérons en excellente forme et que  vous avez passé de très bonnes fêtes de fin d’année.

 

Pour notre part, nous avons passé ces fêtes en famille. Nous n’étions en congés ni André Georges, ni moi, mais nous avons pris le temps d’aller nous balader le 22 décembre à la Foire de Yaoundé prénommée « Yaoundé en fête » ou « Ya-fé ».

Chapitre 2 : Bonne année 2013 !!!!!!! img_0506-300x168

Yaoundé illuminée

img_0549-300x168

Ticket de Ya-fé

Une centaine de stands marchands, des auto tamponneuses, une toupie géante….. cela avait un petit goût du marché de Noël de la place du Parlement à Rennes. Seul le vin chaud était absent.

img_0510-300x168

La toupie géante de Yafé

img_0513-300x168

Nous et Simone, la jeune sœur d'AG

Le soir même, nous avons eu la chance d’assister au concert de Richard Bona.

img_0527-300x225

Ticket Richard Bona

Ce chanteur bassiste d’origine camerounaise, vivant désormais aux USA, mélange le dialecte traditionnel aux sonorités diverses, nous entrainant en chaque fois aux 4 coins du monde. Émotions garanties! Sa voix unique et envoutante a réussi à me faire couler quelques larmes.

Ça vous dit d’en goûter un morceau?

Image de prévisualisation YouTube

 

img_0523-300x225

On patiente en attendant Richard....

Le dimanche précédent Noël, Simone, ma belle sœur, et moi-même nous nous sommes attelées aux fourneaux: entre épluchage de crudités, confection de guacamole, de muffins et de gâteaux en tout genre……..nous n’avons pas vu le temps passer.

La journée du 24 décembre, j’ai effectué la permanence de garde au Centre Médico Social, pendant qu’André Georges opérait. Le soir, toute la famille s’est réunie vers 22h00 dans notre appartement, pour grignoter cacahuètes, chips, guacamoles et muffins en sirotant des jus et des sodas. Pourquoi si tard me direz-vous? En fait, en vue de préparer le mariage, la maison est en plein chantier en ce moment. Et comme l’eau coulait enfin le 24 décembre (on l’attendait depuis une semaine), beau-papa en a profité pour faire couler la dalle qui supportera le 2ème étage de la maison. Du coup, les ouvriers sont partis vers 22h00. Et comme le reste de la maison était sous la poussière, notre appartement a été notre refuge pour les fêtes de Noël. Le réveillon s’est conclu par une partie de Time’s up intergénérationnel et interculturel. Inutile de vous dire que certains moments ont été hilarants. J’ai en tête Sita (ma 2ème belle-mère, la coépouse de ma belle mère) essayant de mimer DSK en soulevant ses jupons, la bouche en cœur…….

Le 25 décembre, réparation d’une facture du fémur au petit matin pour AG et préparation des « hors-d’œuvres » comme on dit ici (comprendre « un grand plat de crudités ») pour moi, qui ont accompagné le poulet, le poisson frit et le riz de Mama (ma belle mère). Nous nous sommes à nouveau tous retrouvés dans notre appartement pour partager ce repas de Noël.

img_0532-300x225

Le repas de Noël: Mama, moi, Olivier, Ambi, Marie France, Papa, André Georges et Simone (de gauche à droite)

Le dessert était quand à lui composé d’ananas et de gâteaux. Pour l’occasion, j’ai apporté une petite touche perso en faisant un gâteau à la carotte. Les habitué(e)s du Thé Au Fourneau (salon de thé à Rennes) comprendront l’affection que je porte à cet English Cake. Si l’aventure vous tente, voici la recette.

Recette du Carrot Cake

Et alors, les cadeaux???? Et bien ici, quand on mesure plus d’un mètre au garrot, le Père Noël ne passe plus :( . Donc seul Louis Michel a ouvert quelques paquets le matin du 25 décembre.

img_0503-225x300

Louis Michel, le neveu d'AG

img_0534-300x168

Le petit démon endormi sur une natte

Le Nouvel An s’est à peu près déroulé comme Noël. J’ai effectué la garde de jour au CMS le 31/12. Le réveillon a débuté à partir de 23h, en bas, chez les parents d’AG. Devant cacahuètes, chips et boissons, nous avons suivi le décompte avec Patrick Sébastien et son plus grand cabaret du monde. Inutile de vous décrire la vague de nostalgie et de tristesse qui m’a envahie (pour ceux qui me connaissent moins, je n’aime pas trop Patrick Sébastien). Je crois que c’est vraiment lors du passage à la nouvelle année que j’ai pris conscience que mon installation au Cameroun devenait effective. Je vous raconte tout ça pour que vous ne soyez pas trop envieux de ma situation. Les paysages sont beaux, le soleil toujours au rendez-vous avec son odeur de vacances, mais cela n’empêche pas certains moments transitoires de questionnements et de nostalgie, malheureusement nécessaires quand on décide de partir vivre à l’étranger. Savez-vous que la période la plus dure se situait entre le 2ème et le 3ème mois après l’arrivée en terre étrangère?

Mais revenons à nos moutons. Le jour du 1er janvier a été l’occasion d’un grand repas. La belle vaisselle a été sortie, donnant à la table un air de fête.

img_05401-300x168

img_0542-300x168

Repas de fête

Tout le monde a bien profité du repas composé de porc et de singe accompagnés de bananes bouillies (pour les non végétariens) et de crevette pomme de terre (pour moi).

img_0544-300x168

de gauche à droite: AG, moi, Olivier, Chantal, Marie France, Mémé, Ambi, Sita, Mama et Nathalie

img_0545-300x168

de gauche à droite: Papa, Simone, Félicité, Ambi, Sita, Mama, nous, Nathalie, Olivier et Chantal

Mais qui sont tous ces gens? Essayons d’éclairer votre lanterne. Et pour ceux qui viennent en février, n’hésitez pas à prendre des notes ;)

- Papa Isaac, mon beau père a deux co épouses Mama Pauline (ma belle mère) et Sita

- Pauline a eu 3 enfants: AG, Philippe (au Sénégal) et Nathalie

- Sita a eu avec Papa 3 enfants: Frédéric (en France), Olivier et Simone; et d’autres fils qui sont les pères de Ambi et Marie France

- Chantal est la première fille de Papa Isaac. Amy est la fille de Chantal.

- Louis Michel est le fils de Nathalie

- et Félicité est la petite copine d’Olivier

…. je crois que je n’ai oublié personne. Et tout ce petit monde habite à Nkolfoulou (cf. chapitre suivant)…..

img_0548-168x300

de haut en bas: Nathalie et Félicité

 

Voici pour finir deux anecdotes pour vous peindre un peu plus les réalités camerounaises:

Pour la première anecdote, il faut d’abord que je vous raconte comment se déroule globalement nos semaines ici. Du lundi au vendredi, le réveil sonne à 5h30, pour un départ de la maison à 6h30 au plus tard afin d’éviter les embouteillages à l’entrée de la ville et arriver à la clinique FROT au plus tard à 7h00. Le soir, nous rentrons généralement vers 18h, 19h, après souvent 30 à 45 minutes d’embouteillages, sur les rotules. Je ne sais pas pourquoi nous sommes si fatigués, peut être la chaleur? Le week-end est consacré le samedi aux courses dont le marché, et le dimanche au sport, la cuisine, le ménage, le remplissage des réserves d’eau et la lessive (à la main bien sûr)…. car l’eau ne revient que les vendredis, samedis et dimanches soirs. Nous faisons généralement quelques repas d’avance pour la semaine car nous ne rentrons pas déjeuner à la maison.

Or, dimanche dernier, il faut que je vous conte le « guet-apens » dans lequel je me suis retrouvée. Nous sommes partis vers 15h00 avec Mama, nous avons déposé Papa à l’une de ses réunions de Ndog Tchok (les représentants d’un sous groupe de l’ethnie Bassa, pour faire court) puis nous sommes allés discuter le prix de nattes en palmier qui vont en principe recouvrir les tentes pour le mariage. Nous sommes ensuite allés rencontrer Tata Mathilde, une amie de Mama et ex déléguée au Ministère du tourisme, pour préparer le voyage prévu avec la famille française début mars. Après les palabres et le « kongosa » (« ragots »en français), on a bu un coup et… on est passé à table! Il n’était que 18h! Poulet, pommes frites et ananas …. On a quitté Tata Mathilde vers 19h00 pour repasser chercher Papa. Mais sa réunion n’étant pas terminée, alors on s’est assis, on nous a servi à boire et on a attendu: la discussion étant en Bassa, je n’ai rien compris de ce qui se disait pendant plus d’une demi-heure. A la fin de la réunion, j’ai commencé à me rendre compte que la maitresse de maison était en train de dresser un buffet. Et voilà que nous nous nous sommes installés et que nous avons……..remangé! Porc-épic, tripes, poulet, poisson, banane pilée, manioc, igname, salade de fruits, …. nous avons quitté la réunion à 21h30, pour arriver à la maison à 22h. Et nous avions encore à faire la vaisselle, la lessive et aucun repas de prêt pour le lendemain! La morale de l’histoire: au Cameroun, quand tu pars de chez toi, tu ne sais jamais à quelle heure tu seras de retour!

L’autre anecdote, moins joyeuse, s’est déroulée mercredi dernier. Nous avions un rendez-vous, toujours dans le cadre de la préparation au mariage, avenue Kennedy. Cette rue est réputée pour ses vols, ses agressions et autres faits divers peu alléchants…. Sortis de notre rendez-vous, nous avons attendu avec Tata Mathilde qui nous accompagnait qu’ AG aille chercher la voiture. Tata Mathilde, un peu tendue, m’explique qu’elle a peur quand elle doit prendre cette avenue. Je la sens vraiment pas à l’aise. Pour la rassurer, je lui dis qu’ici, avec ma peau blanche, c’est plutôt moi la cible et qu’elle ne doit pas s’en faire. Comme je ne porte ni bijoux, ni sac, je me dis intérieurement que je ne risque pas grand chose…… Je venais de terminer mes réflexions quand un fou ( qualificatif utilisé ici pour parler des personnes un peu dérangées qui vivent dans la rue, le plus souvent très très peu vêtues) commence à me contourner puis d’un seul coup m’envoie un revers de poing dans la joue droite. Un peu sonnée et ne comprenant pas grand chose de ce qui c’est passé, j’arrive tout de même à me mettre un peu à l’écart. Plus de peur que de mal, mes lunettes sont encore sur mon nez et le coup n’a touché que ma joue qui commence à chauffer et rougir. Moi qui voulait rassurer Tata Mathilde, la voilà encore plus effrayée et choquée. C’est malheureusement le revers des privilèges d’avoir la peau blanche ici!

 

 

Je ne résiste pas à la tentation de conclure par les vœux ancestraux chinois reçus d’un de nos amis de Vannes (Loïc se reconnaitra……). S’il vous plait, que mes grands mères s’abstiennent de lire les lignes qui suivent ;)

 » Que les puces d’un millier de chiens galeux infestent le cul de celui qui vous gâchera une seule seconde de votre année 2013 et que les bras de cet abruti deviennent trop courts pour qu’il puisse jamais se le gratter »

…….. La suite au prochain épisode.
En attendant, portez-vous bien!

Ophélie et André Georges

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»